Qui sommes nous ?
QUI a adhéré ?

Liste des membres du collectif mise à jour AVRIL 2015
cliquez ici


Plus de 1000 élus, de toutes tendances politiques, se sont inscrits au Collectif et/ou adhèrent à l'association.
Les élus ayant plusieurs mandats ne sont inscrits que sous l'un d'entre eux.
Si vous repérez des erreurs, merci de nous en faire part.


Actions d'élus
Doc, interventions

Fermer Documents du CEDPA

Fermer Informations

Fermer Interventions

Fermer Textes de référence

Recherche



Bienvenue sur le site du CéDpa - Pas d'aéroport à Notre Dame des Landes


Collectif d'élus Doutant de la pertinence de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes


 
Appel à soutenir financièrement notre combat juridique
texte de l'appel et financement en ligne

samedi 2 juillet 2016

Tribune de Françoise Verchère
 

Nous avons perdu la consultation du 26 juin, oui. Avons-nous perdu tout droit à nous opposer ? Non.


Depuis le 27 juin, on entend en boucle cette critique prévisible : «  Vous avez perdu, vous devez respecter le suffrage universel, vous portez un mauvais coup à la Démocratie en continuant votre opposition. »

Cette réaction n'est pas étonnante, elle paraît même au premier abord « logique », mais pour ne pas rester à la surface des choses, la pensée mérite toujours un peu de temps, de raisonnement et plus de 140 caractères… Essayons donc d'y voir plus clair.
 

1) Première critique : on nous renvoie à l'épisode encore douloureux du referendum de 2005 sur la constitution européenne. Le peuple vote « Non », et l'on bafoue son vote quelques mois plus tard en faisant adopter par le parlement le traité de Lisbonne qui permet l'essentiel de ce qui était inscrit dans la constitution refusée. Que ce scandale démocratique réel soit utilisé pour discréditer notre position est d'une parfaite mauvaise foi. J'ai pour ma part quitté à ce moment-là le Parti Socialiste avec les conséquences que l'on sait. Ceux qui nous rappellent au respect de La Démocratie aujourd'hui peuvent-ils d'abord me rappeler leur réaction écrite, orale ou les actes qu'ils ont posés à ce moment-là ? Juste pour mémoire. Cela devrait en inciter quelques-uns à plus de modération, voire au silence total.
 

Sur le fond maintenant : la consultation du 26 juin était une consultation pour avis, pas un referendum  (extrait de la lettre reçue par chaque électeur : « Cette consultation a la valeur d'un avis ») Un avis n'engage pas et n'a pas valeur de loi. D'ailleurs, c'est ce que nous expliquent régulièrement les autorités qui ont balayé d'un revers de la main l'avis négatif du Comité de scientifiques chargés d'évaluer la méthode de compensation, l'avis négatif par voie de conséquence de la Commission d'enquête publique au titre de la loi sur l'eau, l'avis négatif du Conseil National de Protection de l'Environnement, l'avis négatif du Conseil Supérieur du Patrimoine naturel. Tout récemment et sur un autre sujet, le gouvernement a déclaré d’utilité publique la ligne LGV du Sud-Ouest malgré l'avis négatif de la commission d'enquête. Qui s'en scandalise ?

Admettons pour le raisonnement que l'avis du peuple ait plus de poids. L'avis du peuple abolit-il la loi ? NON. La question posée n’étant pas «  Êtes-vous pour l'abolition de la loi sur l'eau ? », tout le monde conviendra que même si le peuple dit vouloir un nouvel aéroport, ce désir ne peut effacer les règles fixées par la loi. Visiblement, cela n'a pas l'air d'émouvoir ceux qui ne cessent de nous rappeler au respect des règles républicaines. A ce jour le résultat de dimanche ne fait donc pas du projet de NDDL un projet légal, ni au niveau national ni au niveau européen.

2) Seconde critique : on nous dit que, si nous n'acceptons pas de jeter l'éponge, nous n'aurions pas dû participer à la consultation mais appeler au boycott. Quelqu'un peut-il me donner l'exemple d'un boycott réussi de consultation populaire ? Certes la participation aurait été en baisse mais des électeurs se seraient évidemment déplacés pour voter non. Le score final aurait parfaitement convenu au gouvernement car on oublie bien vite le taux de participation de toute élection. La remplaçante de JM Ayrault a été élue dernièrement par 14,5 % des électeurs, compte tenu du taux d'abstention ; la voit-on douter un instant de sa représentativité ?
 

Nous étions piégés de toute façon : le périmètre de la consultation a été choisi pour que le OUI l'emporte, à partir d'un sondage. Participer, c'était perdre et nous avons perdu mais en faisant baisser le score du Oui par rapport au sondage. Ne pas participer, c'était perdre aussi. Et dans ce cas que n'aurions-nous entendu sur notre peur de passer par les urnes et notre refus de la démocratie ?!
 

C'est pourquoi nous avons dit dès le début collectivement que nous participerions mais que le vote ne nous engagerait pas à arrêter toute contestation ( cf supra, sur la légalité du projet).

3) Sur le principe même d'une consultation : en mars 2015, lors de notre audition par la commission spécialisée d'Alain Richard, nous avions dit notre méfiance sur le principe d'une consultation en ces termes : « Le Président de la République a évoqué le recours au referendum pour trancher des situations bloquées. Est-ce une bonne solution ? Nous sommes circonspects sur cette proposition car les questions que pose un referendum sont nombreuses : le périmètre, la formulation de la question (pour ou contre un projet ou bien un choix entre plusieurs solutions ?) le temps de l'information de la population, les moyens matériels et financiers donnés aux parties présentes, tout peut être sujet à débat... et à manipulation.
La France n'a pas la culture de la « votation citoyenne » contrairement à la Suisse. Dès lors proposer un referendum in fine n’est-ce pas surtout révélateur d'un sérieux déficit de concertation et de débat en amont ?

Bien que félicités pour notre travail d'analyse, nous n'avons évidemment pas été entendus. Et toutes nos craintes ont été confirmées : périmètre biaisé, pas d'alternative alors que le rapport des experts de Ségolène Royal aurait dû servir de point d'appui à la consultation comme l'avait promis la ministre, information de la population de manière discutable pour le moins, utilisation anormale de moyens publics (bulletins municipaux, site internet et extranet, position des maires). Inutile au demeurant de se lancer dans un contentieux post-électoral, nous n'avons aucune chance de gagner. Où sont les dénonciations de tout cela par les zélateurs de la Démocratie ?

4) Dernière critique déjà entendue : il semble qu'on ne puisse plus utiliser le simple mot de résistance sans se faire reprocher de bafouer les héros de La Résistance. Qu'on ne puisse plus non plus rappeler que légalité et légitimité sont parfois en opposition. Qu'à part contre une dictature à la Pinochet (chacun mettra le nom du dictateur de son choix), seule l'obéissance serait de règle, parce que c'est pire ailleurs et que malgré tout « on est encore en démocratie ». Même si notre « démocratie » est malade gravement, même si ceux qui se gargarisent du mot le vident de son sens et de ses valeurs, même si petit à petit nous allons vers une démocratie d'apparence, comme dans les meilleurs romans d'anticipation… Pour un peu, c'est nous qui serions coupables de la montée du Front National, du climat social dégradé, et peut-être même de l'échec de la lutte contre le terrorisme...
 

Il y aurait tant à dire... et le bac de philo est derrière nous. Qui se soucie de la philo du reste ? En quelques mots cependant : Antigone et Créon sont les figures de l'affrontement entre légalité et légitimité (bien avant De Gaulle et Pétain !). Or Créon n'est pas un tyran, ni un nazi avant l'heure. Il veut la paix pour sa ville, après les affrontements meurtriers entre les frères d'Antigone ; il pense que le bien public et la restauration de l'ordre nécessitent qu'il y ait un bon et un méchant (pour édifier le peuple qui ne vote pas à l'époque), d'où son refus de la sépulture pour un des frères d'Antigone. D'où la rébellion de cette dernière. Au nom d'une valeur pour elle supérieure : son respect des rites funéraires.

 

Ce qui fait que nous maintenons notre opposition et notre résistance au nouvel aéroport, c'est précisément que la consultation ne fait pas de NDDL un bon projet, ni un projet anodin. Le réduire à la destruction de quelques hectares de terres agricoles, sans plus de conséquences, est un raccourci édifiant.
 

Mes valeurs supérieures à moi, qui ne me suis jamais prise pour Antigone, sont les suivantes : la recherche de la vérité, le refus de la destruction irréversible, le respect du vivant. Et si je me bats avec tant d'autres pour les tritons de NDDL, ou pour la poignée d'agriculteurs qui y restent (pour reprendre la moquerie habituelle des pro-aéroport), c'est parce que je ne peux plus regarder mes tout petits-enfants sans être terrorisée, à tout point de vue, par le monde que nous allons leur laisser.
 

Françoise Verchère, coprésidente du CéDpa



***********************

 NDL_livre_FV_couv1.jpg

 "Notre Dame des Landes : la fabrication d'un mensonge d'Etat"

le livre de Françoise Verchère
aux éditions Tim Buctu

dans toutes les bonnes librairies

 

prix : 10 euros


ce qu'en dit Ouest France (27 janvier 20016)
 

Les 6 dernières nouvelles


Selon la DGAC, l'arrivée de 7500 nouveaux logements liée au départ de l'aéroport se ferait en 20 ou 30 ans - par CéDpa le 08/02/2016 - 22:11

L'analyse des documents que le Ministère a transmis en novembre 2015 et janvier 2016 au CéDpa permet de relever des informations intéressantes.

La densification urbaine est souvent avancée pour justifier le transfert de l'aéroport. La fermeture de Nantes Atlantique permettrait d'accueillir 7500 nouveaux logements à l'intérieur du périphérique nantais.

On découvre aujourd'hui que la DGAC a écrit : "sur 20 ou 30 ans" ! (documents d'explications 2013 page 13 et document C2/C3 page 54)

Effectivement, s'il s'agit de remodeler totalement le quartier des Couets à Bouguenais par exemple, c'est une opération sur 20 ou 30 ans. La fiche argumentaire n° 8 sur les Questions d'urbanisation de l'Acipa ne disait pas autre chose.

Alors que Nantes métropole construit chaque année près de 7300 nouveaux logements (site plum.nantesmetropole) , on a peine à croire que ceux qui brandissent l'argument de densification croient à ce qu'ils racontent.

... / ... Lire la suite


Selon la DGAC, la réfection de la piste de Nantes Atlantique coûterait 35 M d'euros - par CéDpa le 08/02/2016 - 21:57

En 2006, la DGAC a écrit que le coût de la réfection de la piste de Nantes Atlantique, s'il fallait rester, serait de 35 M d'euros, ce chiffre fait même partie des avantages du projet de NDL en termes de coût évité (dossier C2/C3 pages 7 et 19).

En 2013, dans son évaluation du coût de réaménagement de l'aéroport existant demandée par la Commission du dialogue, la même DGAC a estimé que le coût de la réfection de la piste de Nantes Atlantique était de 290 M euros !

Le chiffrage de 2006 est beaucoup plus proche de l'estimation de l'Atelier citoyen (25 M euros) et des coûts récents de réfection de pistes (30 M pour Orly 4, 19 M pour Franckfort 1...)

... / ... Lire la suite


Selon la DGAC, la concurrence entre Rennes et NDL sera plus forte qu'entre Rennes et Nantes Atlantique - par CéDpa le 08/02/2016 - 21:47

Si NDL se fait, la concurrence avec l'aéroport de Rennes Saint Jacques sera plus forte que celle qui existe actuellement entre Nantes et Rennes (dossier B1 page 41).

C'est peut-être pour cela que depuis 2013, la demande de la Commission du dialogue d'étudier l'avenir des aéroports de l'Ouest n'a pas été honorée. Serait-on gêné de constater que la situation avec NDL génèrerait plus de difficultés que la situation actuelle ?

... / ... Lire la suite


Selon la DGAC, aller à NDL sera plus couteux qu'aller à Nantes Atlantique pour les passagers réguliers - par CéDpa le 08/02/2016 - 21:42

Pour les passagers des vols réguliers (la majorité), il sera globalement plus onéreux de se rendre à Notre Dame des Landes qu'à Nantes Atlantique en voiture (document d'explications de 2013, page 12).

On s'en doutait mais ça vaut le coup de voir noir sur blanc une information que la DGAC a cherché à cacher jusqu'à présent. Et étant donné que presque tous les déplacements se feraient par la route pendant un bon nombre d'années, bonjour l'avantage économique pour les usagers !

... / ... Lire la suite


Edifiant : le trafic aérien en France - par Flightradar le 28/12/2014 - 15:06

Flightradar : un site très intéressant. L'observation du trafic aérien en temps réel est assez édifiante en comparant Nantes Atlantique avec Rennes par exemple, pas beaucoup plus d'encombrement sur l'un ou l'autre des aéroports. Par contre, si on observe les 2 parisiens, ça n'a plus rien à voir. NDDL étant présenté à hauteur de ces derniers, pour le faire fonctionner, il faudrait détourner du trafic des autres régions ! Le site:   http://www.flightradar24.com/46.93,-2.04/8

... / ... Lire la suite


fête du Marais Poitevin : le Label fêté ce 15 juin à Coulon - par kerundira79 le 15/06/2014 - 17:25

Aujourd'hui à Coulon avait lieu la cérémonie de remise du Label Parc Naturel Régional au Marais Poitevin en présence de la Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie, Ségolène Royal, des Présidents de Conseils Régionaux M. Jacques Auxiette, Pays de Loire et Macaire, Poitou Charentes, des Présidents de Conseil Général de Vendée, des Deux-Sèvres et de Charente-Maritime et des Elu-e-s du territoire du Marais Poitevin.
Après Ségolène Royal qui a rappelé son programme de défense des zones humides, M. Auxiette a rappelé son engagement pour la sauvegarde du Marais Poitevin et ses motivations pour la sauvegarde de la Brière, mais n'a à aucun moment évoqué le bocage breton de Notre Dame des Landes, zone humide tout à fait remarquable .

A cette occasion le collectif des comités de soutien 79 contre le projet d'aéroport a remis en main propre à Mme le Ministre la lettre ouverte suivante :

Lettre ouverte à Mme Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie à M. Auxiette, Président de la Région Pays de Loire à M. Macaire, Président de la Région Poitou-Charentes à Messieurs les Présidents de conseils généraux à Mesdames et Messieurs les Député-e-s et les Elu-e-s
          A travers la réatribution du Label de Parc Naturel Régional au Marais Poitevin, nous saluons un progrès effectué dans le sens de la sauvegarde de cette zone humide.
         Nous espérons que l'obtention de ce label permettra de lui faire recouvrer toutes ses fonctions et sa biodiversité par une réelle maîtrise de l'eau, celle-ci nécessitant l'avènement d'une agriculture respectueuse des cycles naturels de l'eau et des efforts d'assainissement à engager par l'ensemble des collectivités.
           Il existe aussi un écrin de bocage breton qui mériterait des efforts similaires, celui qui est menacé par le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes. Nous considérons que les enjeux sont les mêmes : le maintien d'une biodiversité exceptionnelle et d'une agriculture qui fait vivre ses habitants tout en respectant l'environnement.
           Nous attendons des élu-e-s opposé-e-s au projet ou tout au moins convaincu-e-s de son inutilité et de sa nocivité pour le territoire concerné, qu'ils/elles marquent encore plus nettement leur hostilité à ce projet et convainquent ses partisans de leur erreur, même si nous considérons que la décision officielle d'attendre la fin des recours est un signe encourageant vers l'arrêt du projet.
          Et pourquoi ne pas rêver, avec la participation des habitants concernés, à un label adapté au bocage breton de Notre Dame des Landes, celui de Réserve Naturelle, par exemple ?...
         Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, nos respectueuses salutations.
                                            Le Collectif des comités de soutien 79 contre le projet d’aéroport à NDDL
Dans les Elu-e-s destinataires de cette lettre ouverte, certains ne sont pas favorables à ce projet, même s'ils ne l'expriment pas explicitement.    

 

... / ... Lire la suite


Prochaines dates
Courriers, Etudes

Fermer Communiqués

Fermer Courriers du CéDpa et réponses

Fermer Echanges avec la DGAC

Fermer Etude Optimisation Nantes Atlantique

Fermer Etude Plans d'exposition au bruit (PEB)

Fermer Etude Seuils de plafonnement

Fermer Etude économique indépendante

Fermer L'étude bidon du CG 44

Revue de presse

Lien vers la revue de presse de l'Acipa
(actualisée très régulièrement)
  
ici


si le lien ne fonctionne pas, recopiez cette adresse dans votre navigateur :
http://acipa.presse.free.fr/
Articles/body_articles.htm


Visites

 308618 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

^ Haut ^