Qui sommes nous ?
QUI a adhéré ?

Liste des membres du collectif mise à jour JANVIER 2017
cliquez ici


Plus de 1000 élus, de toutes tendances politiques, se sont inscrits au Collectif et/ou adhèrent à l'association.
Les élus ayant plusieurs mandats ne sont inscrits que sous l'un d'entre eux.
Si vous repérez des erreurs, merci de nous en faire part.


Actions d'élus
Doc, interventions

Fermer Documents du CEDPA

Fermer Informations

Fermer Interventions

Fermer Textes de référence

Recherche



Toutes les nouvelles !


mobilisatrion générale des élu-e-s - par agnes le 25/11/2012 - 13:29

Rassemblement de tou-te-s les élu-e-s à 14H à la Préfecture de Nantes pour une action du collectif d'élu-e-s ce jour dimanche 25 novembre 2012

Les élu-e-s sont là ! - par agnes le 24/11/2012 - 14:54

Je peux vous assurer que des élu-e-s du CéDpa sont sur le terrain tous les jours et que ce weekend il y en aura encore beaucoup ! sans écharpe sans doute mais bien là !

Juste une info : hier un élu de Vigneux n'a pas pu passer pour aller constater ce qui se passe sur le territoire de la commune....


Appel à soutien - par ker le 24/11/2012 - 12:23

Ce serait le moment ou jamais, à tous les élus opposés au projet d'aéroport de venir avec votre écharpe sur le site de la lande de Rohanne. Ce qui se passe là bas est un véritable acharnement d'une violence inouïe et disproportionnée.Les premiers bienvenus seraient  notamment ceux de la communauté de communes d'Erdre et Gesvres.C'est peut être votre dernière cartouche. Même si vous n'êtes pas d'accord avec les jeunes de la ZAD qui sont avant tout des humains.

tenir - - par lhorte le 24/11/2012 - 08:47

france   145  aéroports  allemagne  50 -  population FR  65mil- ALL  84 mil- activité  économique 50 pour cent  en   moins   pour la FR  - Aéroport INADMISSIBLE  Avec vous --

etat-collectivités territoriales = fiasco economique et ecologique - par riton le 19/11/2012 - 17:57

bonjour, me situant dans un carrefour de grands projets, je résume déja la situation:

 Mont Saint Michel: fiasco economique 

EPR de la hague: fiasco économique 

LGV: fiasco economique

aéroport NDDL: fiasco économique

et en plus fiasco écologique pour ces projets

super l avenir que nous réservent nos elus

petit calcul:

sur mon territoire: 12 000 hab

la dette publique de l'état: 36 000 € / hab (heureusement, je ne suis pas aux Etats Unis)

soit dette publiq)ue sur mon territoire: 300 millions d'euros

qui parle d'avenir quand on regarde ce gaspillage d'argent à venir

personne du grand ouest ne benefiera de ces projets en terme d'emplois: seuls les financiers


Réponse à Dominique Luneau (API) - par VMassip le 18/11/2012 - 12:43

Monsieur Luneau, Je me permets de vous répondre point par point dans le corps de votre texte.

 « Ils veulent défendre les terres agricoles mais ils ne savent pas que 19 000 ha de terres agricoles sont protégées entre le futur aéroport et l’agglomération nantaise, ce qui empêchera la ville de dévorer la campagne comme elle aurait continué de le faire sans cet aéroport. "

Nous avons très bien noté que ces terres ont été, soit disant 'protégées' et sont destinées à être boisées.
Mais en réalité la protection de ces terres sera aussi faible que celle de la ZAD elle-même.
Tout urbaniste, avec l’expérience, sait qu’un espace qui serait desservi par autant de voies rapides serait très attractif. Il serait, bien évidemment, urbanisé à son tour.
A moyen terme, il ne sera pas possible d’endiguer l’appétit des maires des communes voisines. Ces derniers ont, d’ailleurs, déjà programmé de nombreuses zones artisanales au Nord de Nantes.

Pour vous en convaincre, regardez le cas de l’urbanisme diffus qui s’est développé entre Paris et ses aéroports, par exemple, ou dans n’importe qu’elle ville moyenne ! Les lois de décentralisations depuis 1983 ont accéléré ce phénomène d’entrées de villes à perte de vue.
Le projet d’aéroport NDDL est un cas d’école, c’est ce qu’on appel un ‘attracteur’. Avant tout, un dispositif, prétexte, à la libération de terres sur un très vaste territoire.
Il y a déjà, 'dans les cartons', la constitution d’un second périphérique Nord de la ville avec l’extension du barreau autoroutier vers Angers etc.. et la projection d’une urbanisation très vaste. Ainsi, les promesses de protection sont faites pour ceux qui y croient !
Comment croire aujourd’hui nos décideurs qui agissent selon le principe du ‘Faites ce que je dit, ne faites pas ce que je fait’. La première bonne intention consisterait à protéger le bocage et à réfléchir à l’optimisation de l’aéroport existant ! Pour votre information, le plan climat de Nantes métropole, adopté en 2007,  à pour objectif de diviser par 2 les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025.
Je vous invite à consulter ce ‘plan climat 2025‘ disponible sur le site de Nantes Métropole en page 2, le point n°6, explicite les actions de Nantes Métropole concernant l'aménagement et l'urbanisme : « Lutter contre l'étalement urbain en renouvelant la ville sur elle même »  Vous pourrez constater avec moi, qu'en projetant l'urbanisation de 20 kilomètres carrés de bocage sur le territoire de Notre Dame des Landes, à grand renfort d'autoroutes, de zones artisanales, de parkings et d'équipements aéroportuaires, nous lutterons avec efficacité contre le changement climatique et respecterons parfaitement nos engagements ! J Belle farce !

«  Ils ignorent que sur le sud Loire, la construction de logements et de services rendue possible  par le transfert de l’aéroport évitera également à la ville de s’étaler davantage. Le bilan sera donc favorable sur ce point essentiel, à condition de le regarder à l’échelle de l’aire urbaine de Nantes, ce qui est la moindre des choses. »

Vous semblez, vous aussi, ignorer que la solution alternative proposée par les anti aéroport NDDL, consiste à conserver l’aéroport existant tout en reconstruisant une piste perpendiculaire à la piste actuelle  (si le trafic le demandait ) .  Sachez qu'une piste fonctionnait pendant la dernière guerre mondiale et son emprise est réservée . Elle est orientée dans le sens des vents dominants et tangente à la ville.  La nouvelle piste remplaçant l'existante, serait plus au Sud.  
Ceci libérera le centre-ville du survol des avions  et permettra la construction des logements dont vous parlez. Ceci avec un budget beaucoup plus raisonnable. Cette alternative est à chaque fois passée sous silence. Comment l’expliquez vous ?
Un détail, le transfert de Nantes Atlantique n’est pas possible car la piste doit, de toute façon rester à disposition de l’usine Airbus. Il est vrai que nos finances permettent aisément de gérer et d’entretenir 2 aéroports en pleine période de crise budgétaire !

« Si en 2004 l’avion égyptien… Ils ne savent pas que l’augmentation du trafic de l’aéroport actuel a constamment été supérieure aux prévisions de ces dernières années, pourtant systématiquement dénoncées comme irréalistes par les opposants. »

Vous confondez nombre de passagers et mouvements d’avions. Le nombre de mouvements d’avions est resté très stable depuis dix ans. Seul, le nombre de passagers a artificiellement augmenté par l’arrivée des compagnies Low Costs.
.../ suite à lire sur le site de l'API ???

N'est-il pas temps de nommer un médiateur ? - par CeDpa le 18/11/2012 - 12:23

Interview donnée par Ronan Dantec au journal Le Monde (Grégoire Allix) :

L'écologiste Ronan Dantec est le vice-président de la commission du développement durable, des infrastructures, de l'équipement et de l'aménagement du territoire au Sénat, où il a été élu en 2011.
Il connaît parfaitement le dossier de Notre-Dame-des-Landes et son principal défenseur, Jean-Marc Ayrault : Ronan Dantec a été, pendant dix ans (de 2001 à 2011), adjoint à l'environnement de l'actuel premier ministre lorsqu'il était maire de Nantes.

Que reprochez-vous au projet de Notre-Dame-des-Landes ?
Le problème principal, c'est que le débat démocratique n'est pas respecté. C'est très important pour comprendre l'ampleur de l'opposition. Depuis le début, les motivations réelles qui sous-tendent la création de cet aéroport ne sont pas mises sur la table.
Jean-Marc Ayrault a soutenu ce projet pour une raison principale : la crainte que les nuisances sonores empêchent l'urbanisation de l'île de Nantes. Le problème, c'est qu'au lieu d'expliquer l'enjeu d'urbanisme le projet a été vendu avec pour argument la saturation de l'aéroport existant. Or l'enquête publique a démenti cette hypothèse. Mettre en avant de mauvaises raisons a conduit à convaincre dès l'origine les opposants que ce projet n'avait pas de justification !

Aucun argument ne justifierait cet aéroport ?
Le motif avancé a de fait été rendu encore plus fragile par la stagnation du transport aérien. Mais l'argument du bruit est lui aussi tombé : le plan d'exposition au bruit était fondé sur une hausse du trafic qui ne s'est pas produite. D'ailleurs, l'île de Nantes est aujourd'hui largement urbanisée.
Les porteurs du projet ont toujours refusé d'expertiser les contre-propositions des associations. J'ai le sentiment d'une machine qui, une fois mise en route, ne s'arrête plus parce que personne ne veut revenir en arrière. Aujourd'hui, l'argument de la chambre de commerce et d'industrie, c'est que les travaux vont être bons pour l'industrie locale, pas pour le désenclavement aérien !

L'aéroport n'apporterait pas d'avantage économique à la métropole nantaise ?
Lors de l'enquête coût-bénéfice sur le projet, l'Etat a manipulé les chiffres. Au moment de calculer la valorisation en euros des gains de temps permis par le nouvel aéroport, les sommes ont été au moins doublées. Sans cela, l'enquête coût-bénéfice aurait été négative. Cela a été fait sous la responsabilité du préfet de l'époque, Bernard Hagelsteen, aujourd'hui conseiller chez Vinci... Cela contribue à l'extrême fragilité de la légitimité démocratique de ce projet.

Comment peut-on sortir de cette situation ?
Nous avons l'opportunité de nous remettre autour de la table et de redonner à la décision finale la légitimité du débat démocratique, alors qu'on assiste à une montée vers l'affrontement. Dans son rapport rendu en octobre, la commission d'enquête sur l'eau estime que Vinci n'a pas démontré sa capacité à mettre en place des mesures de compensation écologique et émet des réserves importantes. C'est un moratoire de fait.
Utilisons le temps nécessaire à l'expertise scientifique et au travail sur les mesures compensatoires pour reconstruire le débat public et politique, sur la base de ce qu'est aujourd'hui le transport aérien. Il n'y a aucune urgence à envoyer 500 CRS piétiner une zone humide.

Vous doutez de la capacité de Vinci à répondre aux réserves de la commission d'enquête ?
Ils peuvent le faire, mais ça coûterait très cher. Les informations que nous avons, c'est qu'en ce moment Vinci cherche à embaucher non pas des biologistes, mais des avocats, en prévision des contentieux qui s'annoncent. Si Vinci passe en force, c'est la négation de trente ans de protection de l'environnement et de la biodiversité dans ce pays. Pour les écologistes, c'est une ligne rouge. J'attends du premier ministre qu'il nous donne toutes les garanties.

Vous pensez que Jean-Marc Ayrault est prêt à relancer le processus de concertation ?
Jean-Marc Ayrault a construit Nantes sur le dialogue et la concertation. C'est la coproduction entre les écologistes et le PS qui a permis à la ville d'être nommée "capitale verte de l'Europe" pour l'année 2013. Cela me désole qu'on soit incapables d'avoir la même qualité de dialogue sur l'aéroport. Si le chef du gouvernement ne fait pas de proposition, peut-être est-il temps de nommer un médiateur.
Le gouvernement ne peut pas passer en force, ce serait un désastre. C'est la crédibilité de la gauche sur l'environnement qui se joue ici. Une bonne partie des gens qui vont manifester samedi a voté pour François Hollande. Le coût politique de cette affaire est totalement disproportionné.

Des parlementaires socialistes divisés sur le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes ? - par Genev le 18/11/2012 - 12:17

Quinze parlementaires socialistes de Bretagne et Pays de la Loire ont signé un texte commun pour défendre le projet d'aéroport.
Or, la Bretagne historique compte 43 parlementaires socialistes. Les 15 signataires ne représentent donc qu'un tiers de l'ensemble des sénateurs et député-e-s socialistes du territoire (avec le département de Loire Atlantique). Devons-nous en conclure que les socialistes partisans du projet seraient minoritaires au sein de leur camp ?
On se souvient en effet que lors du vote de la subvention de 29 millions d'euros du Conseil régional de Bretagne au projet d'aéroport, la majorité socialiste s'était divisée. Il n'avait manqué que 6 voix pour que la subvention soit rejetée.
A l'occasion de cet appel, nous tenions donc à rappeler à l'ensemble des élu-e-s socialistes opposé-e-s à l'aéroport de Notre Dame des Landes, soucieux des finances publiques et de l'équilibre territorial, qu'ils-elles sont les bienvenu-e-s pour participer aux mobilisations contre ce projet.
Guy Hascoët, Gaëlle Rougier, René Louail, conseillers régionaux Europe Écologie Les Verts Bretagne

Courrier envoyé à Ouest France - par COTREL_Patrick le 16/11/2012 - 11:54

Notre Dame des Landes : le gouvernement doit revenir à la raison (Courrier visible sur mon blog www.patrickcotrel.com qui relaie les info. sur ce sujet et qui est très lu en cette période)
Pour revenir sur l’agression dont a été victime un vigile de Vinci, il va de soi que personne ne peut la justifier et que personne ne le fait. C’est malheureusement dans la lignée de l’occupation massive dont la ZAD est l’objet depuis plusieurs semaines de la part des gendarmes et CRS, avec une utilisation disproportionnée de méthodes violentes (utilisation massive de grenades assourdissantes et lacrymogènes, blessure d’une femme de 65 ans avec 20 jours d’incapacité, utilisation de méthodes dangereuses pour déloger les militants dans les arbres et sur les toits, …). D’autre part, cette agression ne cadre pas du tout avec le style des actions des occupants de la ZAD. Si on a pu penser qu’il y avait, dans le passé, un divorce entre ces « squatters » et la population traditionnelle de ce secteur, c’est aujourd’hui complètement dépassé à cause (ou grâce) à l’intervention policière : tout le monde est maintenant d’accord pour opposer des actions de résistance face à cette occupation policière, mais certainement pas des actions de « guérilla urbaine » (comme le prétend le Président de Région de façon un peu ridicule). A qui profite l’agression ? Pas aux opposants à l’aéroport, à l’évidence ! Et sans attendre les résultats de l’enquête policière, et sans savoir quels sont les auteurs de l’agression, les promoteurs du projet de nouvel aéroport accusent les opposants et tentent de ranimer une division entre occupants de la ZAD et population locale, et ainsi d’entraver la mobilisation qui est de plus en plus forte et nationale. Et ils sortent la grosse artillerie : « professionnels de la guérilla urbaine », « dérive criminelle des opposants », «(…) violence de la minorité autonome, venue d'ailleurs, qui entretient l'insécurité » … Le gouvernement vient de franchir un nouveau pas dans une logique d’austérité. Elle va nécessairement se traduire par des coupes sombres dans les politiques publiques de l’Etat, mais aussi pour les collectivités territoriales, puisque les dotations de fonctionnement sont à la baisse pour plusieurs années (comme l’illustre la grève de la faim du Maire de Sevran). Dans cette situation, maintenir le projet de Notre Dame des Landes, dont l’utilité prioritaire est loin d’être démontrée, est tout simplement inexplicable. Et qu’on ne vienne pas nous dire que les majorités des collectivités locales directement concernées ont été élues sur cet élément de programme, comme le prétendent le nouveau Maire de Nantes et le nouveau Président de Nantes Métropole. Car dans la plupart de ces collectivités, les listes qui ont obtenu la majorité comprenaient des courants politiques clairement hostiles à ce projet. Jean-Marc Ayrault ferait bien de ne pas céder seulement face au patronat et aux divers pigeons. Il faut qu’il prenne une position raisonnable sur ce projet, afin de rétablir les conditions favorables à l’unité de son camp et de l’union de la gauche et des écologistes dont il aura sans doute bien besoin… Le 14 novembre 2012 Patrick COTREL, Adjoint au Maire de Sainte-Luce et Conseiller de Nantes Métropole

Lettre ouverte a Mr François Hollande , Président de République - par Loic le 16/11/2012 - 08:42

Lettre ouverte à Monsieur François Hollande, Président de la République,De la part de Patrick Warin, ancien élève de l'ENA, Promotion Voltaire, ancien Directeur à la Caisse des Dépôts et Consignations, Professeur associé aux Universités, membre de Démocratie 2012.Monsieur le Président, mon cher camarade, cher François,J'ai décidé de vous adresser cette lettre, écrite ce matin du 30 octobre, alors qu'une nouvelle opération de police de grande envergure se déroule à quelques dizaines de kilomètres d'Angers mon lieu de résidence, ville et région qui vous sont également familières.Sur le territoire prévu pour accueillir le futur aéroport de Nantes /Grand Ouest des hommes et des femmes qui ,pour l'écrasante majorité d'entre eux ont voté pour vous, doivent se confronter une nouvelle fois à un déploiement de forces de police dépêchées par un gouvernement de gauche, dirigé par l'ancien maire de Nantes .Alors que depuis des années ces femmes et ces hommes, tous non violents, tous soutenus par une solidarité locale, régionale et nationale demandent simplement à être entendus au-delà des procédures légales et formelles dont ils estiment à juste titre qu'elles ont été menées de manière tronquées, et trompeuses ,la seule réponse que votre gouvernement leur apporte est celle de l'emploi de la force .Cette attitude , Monsieur le Président , cher camarade est inacceptable .Parmi bien d'autres je me suis engagé pour assurer votre élection, puis vous garantir une majorité solide. Dans notre circonscription du Maine et Loire tenue par la droite depuis plusieurs dizaines d'années nous avons failli à 86 voix près envoyer l'ancien ministre Marc Laffineur à une retraite bienvenue. Nous sommes fiers d'avoir mené ce combat et de nous retrouver dans cet Ouest déjà largement conquis par la gauche en terre de futures conquêtes en compagnie de nos alliés écologistes.Cher François, la manière dont le pouvoir que vous incarnez gère le projet Notre Dame des Landes va totalement bouleverser ces positions politiques chèrement acquises car vous n'imaginez pas l'immense potentiel de sympathie, de soutien militant, de soutiens politiques à la base dont bénéficient ces personnes en lutte, alors que la technostructure du Parti socialiste et des grands élus régionaux est en train de s'isoler.Monsieur le Président je vous l'affirme avec la conviction d'un sympathisant socialiste de longue date, de tradition enracinée auprès de mes proches, mon père Jacques Warin, qui collabora avec Pierre Mauroy au moment de l'alternance en 1981, vous êtres face à un nouveau Larzac !Déjà au moment de votre élection je vous avais alerté discrètement, par l'intermédiaire de nos amis communs de Démocratie 2012, dont Pierre René Lemas pour éviter qu'en pleine campagne la situation ne provoque des conséquences électorales néfastes. Il me semblait avoir, avec bien d'autres qui avaient intercédé, été entendu.Aujourd'hui il est temps que vous ne vous contentiez plus de répondre aux lettres qui vous sont adressées à ce sujet par des formules standards qui renvoient à votre ministre Monsieur Cuvillier le soin de traiter le dossier. Outre que cette attitude peu respectueuse de l'écoute citoyenne ne vous ressemble pas, vous êtes face à une situation qui exige une attitude d'homme d'Etat.La révision du Schéma national des infrastructures de transport, l'emploi parcimonieux de la dépense publique, le souci de la transition écologique, l'application loyale de la Loi sur l'Eau, dans sa dimension universelle et a fortiori européenne, sont autant de motifs pour rouvrir le dialogue et éviter que votre quinquennat ne soit entaché par un abcès de fixation politiquement désastreux. Cela vous fait courir compte tenu de la manière utilisée aujourd'hui, des risques sérieux de dérapages, de provocations dont vous porterez seul la responsabilité face à des personnes dont la conviction s'exprime de manière pacifique, non violente, respectueuse de la loi républicaine dès lors que celle-ci s'exerce elle aussi dans le respect du dialogue citoyen.Monsieur le Président, cher camarade, j'ai eu le privilège de vivre un parcours professionnel dont tous ceux qui furent mes supérieurs, collaborateurs, collègues, partenaires s'accordent à dire qu'il fut toujours ouvert à l'innovation, à l'adaptation au monde changeant, à la recherche de nouveaux paradigmes et à la réalité de la concurrence globalisée. Je continue en tant qu'enseignant universitaire à stimuler la créativité de mes étudiants, dans le monde entier, tout en leur transmettant mon expérience de dirigeant du service public puis d'homme d'entreprise .Je ne suis pas un nostalgique, ni un tenant de la décroissance, ni un « illuminé anti progrès ». Ces traits de caractère sont partagés par les personnes que je côtoie lors des réunions d'information sur le projet Notre Dame des Landes. En vérité, c'est nous qui incarnons la modernité et l'ouverture au 21éme siècle.En effet, qui peut croire que les opérateurs aériens vont implanter dans le Grand Ou

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
Prochaines dates
 


8 - 9 JUILLET
2017

rassemblement
annuel



pour régler
votre cotisation 2017

bulletin
d'adhésion


Agenda du site de l'Acipa

 Retrouvez le CeDpa sur Facebook

Courriers, Etudes

Fermer Communiqués

Fermer Courriers du CéDpa et réponses

Fermer Echanges avec la DGAC

Fermer Etude Consolidation du sol de NDL

Fermer Etude Optimisation Nantes Atlantique

Fermer Etude Plans d'exposition au bruit (PEB)

Fermer Etude Seuils de plafonnement

Fermer Etude économique indépendante

Fermer L'étude bidon du CG 44

Revue de presse

Lien vers la revue de presse de l'Acipa
(actualisée très régulièrement)
  
ici


si le lien ne fonctionne pas, recopiez cette adresse dans votre navigateur :
http://acipa.presse.free.fr/
Articles/body_articles.htm


Visites

 403119 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

^ Haut ^