Qui sommes nous ?
QUI a adhéré ?

Liste des membres du collectif mise à jour JANVIER 2017
cliquez ici


Plus de 1000 élus, de toutes tendances politiques, se sont inscrits au Collectif et/ou adhèrent à l'association.
Les élus ayant plusieurs mandats ne sont inscrits que sous l'un d'entre eux.
Si vous repérez des erreurs, merci de nous en faire part.


Actions d'élus
Doc, interventions

Fermer Documents du CEDPA

Fermer Informations

Fermer Interventions

Fermer Textes de référence

Recherche



Toutes les nouvelles !


MOINS BRUYANT,MOINS POLLUANT C EST POSSIBLE - par jjk le 12/12/2009 - 11:14

'Atterrissage "vert" ou le vol plane au service du climat, AFP, 30/11/09

www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-L_atterrissage_vert_ou_le_vol_plane_au_service_du_.htm?&rub=14&xml=newsmlmmd.fd4dce053999c4f1a1598c1827f98470.b21.xml

 

Dans le cockpit d'un Airbus A321 (AFP) - 15:38 - A 9.000 mètres d'altitude, réacteurs au point mort, l'Airbus amorce une descente silencieuse de 25 minutes en vol plane pour un atterrissage "vert" sur l'aéroport de Stockholm.

En planant a travers le ciel blanc de l'hiver suédois, le commandant de l'A321 Henrik Ekstrand a épargne 300 litres de kérosène a sa compagnie charter Novair, permettant de réduire les couts et les émissions de CO2.

La compagnie suédoise a boucle cette semaine une série de dix vols expérimentaux, les premiers en Europe a combiner un atterrissage moteurs au ralenti avec une approche dite "en courbe", réduisant de plusieurs kilomètres la distance parcourue, hors des habituels longs couloirs aériens.

Ce type d'atterrissage "vert" qui utilise la navigation par satellite est en plein essor dans les pays nordiques et notamment en Suède, sous l'impulsion de la première compagnie scandinave SAS et de l'aéroport international de Stockholm-Arlanda.

"C'est très silencieux, on note vraiment la différence au niveau du bruit. C'est beaucoup plus confortable, sans à-coups", note Mathias Klarowski, un étudiant allemand en aéronautique de 23 ans, invite a bord grâce a son université de Stockholm.

Dans une Suède très soucieuse d'écologie, SAS a commence en janvier 2006, a Stockholm, ces atterrissages a faible consommation de kérosène, qui rallongent de quelques minutes la durée des vols mais qui sont moins couteux et moins polluants en termes de bruit et de C02.

"Bien sur, je pourrais voler plus vite", a explique a l'AFP Ulf Martinsson, un pilote de SAS. "Mais le gain de l'approche verte vient du fait qu'on va plus lentement", souligne le pilote.

Le type d'atterrissage mené par Novair est plus subtil car il combine la route plus courte de l'approche par GPS avec un atterrissage moins gourmand.

"C'est le début d'une évolution d'un système fonde sur la réglementation vers un système fonde sur l'efficacité", se félicite Lars Lindberg, président d'Avtech, la société aéronautique suédoise qui dirige le projet.

Depuis juin dernier, l'expérience menée sur plusieurs vols commerciaux avec passagers a permis d'économiser en moyenne 165 litres par vol avec divers types d'appareils.

Cette technique, impossible en cas de mauvaise visibilité, favorise également une approche mieux synchronisée, permettant prés d'une demi-heure a l'avance de savoir quand l'avion se posera, a une dizaine de secondes prés.

L'aéroport international de Stockholm-Arlanda, ou plus de 2.000 atterrissages "verts" ont été menés depuis janvier 2006 -le plus souvent par SAS- s'est fixe un objectif de 80% d'atterrissages de ce type d'ici a 2012, afin de réduire les émissions.

Quelque 17 autres compagnies, comme Air France, Nav Portugal, TAP Portugal, Icelandair ou Iberia, ont également mené des essais, selon le Sesar, l'organisme européen charge de coordonner l'espace aérien en Europe.

Les compagnies aériennes, en difficulté a cause de la crise économique mondiale, sont sous pression pour réduire leurs couts mais aussi leurs rejets polluants.

Selon le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec), le transport aérien représente 2% des émissions de CO2 et 13% des émissions liées au transport, une proportion en constante augmentation.


Le Medef et le projet d'aéroport - par jjk le 12/12/2009 - 11:06

Vendredi 18 Décembre de 9h à 10h30 à l'hôtel du département, le Conseil Général recrute auprès du Medef des chefs d'entreprises qui "souhaitent comprendre ou s'impliquer dans la dynamique de création de l'aéroport du Grand Ouest ".
L'ACIPA appelle à un rassemblement devant le Conseil Général

Conférence de presse - par Celine le 10/12/2009 - 16:27

Une conférence de presse est prévue jeudi prochain 17 décembre à Notre Dame des Landes, salle des Chênes (près de la Mairie) à 11 h. Vous êtes bien entendu tous cordialement invités à participer à cette conférence afin de montrer notre détermination et notre mobilisation !

Réunion Publique - par Romain le 10/12/2009 - 14:30

Le collectif des élus du territoire de la communauté de communes Loire et Sillon (canton de Savenay) doutant de la pertinence de l'aéroport organise une réunion publique le vendredi 18 décembre à 20 H Salle de la Prèverie à Campbon en présence d'élus locaux, de l'ACIPA et de Solidarités Ecologique.
N'hésitez pas à diffuser l'information autour de vous.
D'avance merci.

SORTIR DU DILEMME DE L’AEROPORT - par JPG le 03/12/2009 - 16:32

J’ai été assidu et actif au «grand débat citoyen» (2002/03) sur le projet d’aéroport à NOTRE-DAME des LANDES (NDDL) ; mais, à la suite de ce débat, je suis devenu opposant, après avoir compris que le projet qui nous était soumis était « ficelé », comportait de nombreuses approximations ou de « non-dits », ne ferait l’objet que de quelques concessions  de recours à des experts sans lendemain, et que les citoyens de la société civile avaient souvent fait montre d’au moins autant d’expertise du sujet et de connaissance de l’économie, que les préposés à sa défense.   Deux réunions contradictoires sur le projet d’aéroport ont eu lieu ce mois à BAIN de BRETAGNE (35) et à SAINTE LUCE (44), à l’invitation d’associations citoyennes locales, pour informer les habitants sur les arguments respectifs des soutiens et opposants au projet de transfert de NANTES-ATLANTIQUE (N-A) à  NDDL. De ces débats, animés avec équité, je retire un certain nombre d’observations :   1-l’importance de la présence et de la participation des opposants par rapport à celles des tenants du projet, tant au niveau d’élus et responsables d’associations présents, qu’à celles de citoyens paraissant majoritairement informés des enjeux globaux du débat; comme si ce débat concernait essentiellement les « institutionnels » promouvant le projet, mais peu les citoyens qui lui sont favorables : J’ai entendu dire, à la sortie, par l’un de ceux-là qui ne s’était pas exprimé, peut-être parce qu’intimidé par des participants peu amènes pour les tenants du projet: « j’en ai marre d’entendre les avions passer sur ma tête !»,   2-à 6 ans d’intervalle, l’exposé des tenants est immuable, sauf sur le fait, qu’il ne s’agit plus d’un simple transfert de N-A., mais de la création du «grand aéroport de l’Ouest», en complète contradiction avec les arguments des Présidents de nos grandes Collectivités, pour soustraire ce projet au moratoire prévu au procès-verbal du Grenelle de l’Environnement, stipulant une ré-analyse des grands projets d’infrastructures routières ou aéroportuaires (NDDL est le seul grand projet aéroportuaire en cours pour les aéroports) ! J’ai été surpris de l’absence de prise en compte de la crise financière, qui freine le financement crucial de la recherche et de la création d’entreprises  vers une économie du Développement Durable, comme s’il n’y allait avoir aucun facteur de discontinuité et de rupture* avec la fin du siècle dernier où a été instruit ce projet de nouvel aéroport !   Je ne pense pas être partial, en constatant que les exposés des associations d’«opposants» sont marqués par une réflexion, un travail de fond et de forme aboutissant à des propositions permettant d’optimiser les nombreux moyens aéroportuaires existants pour peu qu’il y ait volonté politique et innovations. Ces propositions permettent -sans prendre de retard- de limiter : dans le Court Terme la croissance du trafic sur N-A et donc les nuisances, comme, à Moyen Terme, si nécessaire, le survol de NANTES….. en attendant que s’esquisse, la dynamique à moyen et long terme du monde contemporain* sans laquelle, nos élus ne peuvent hiérarchiser les urgences des infrastructures pour l’économie, et donc les emplois, de 2050, objectif final du projet en  question !   C’est si vrai que le Président du Conseil Général -Collectivité qui assume, et assumerait, une part prépondérante du financement Public de NDDL- vient de demander au CODELA de mettre en chantier une étude sur le développement de la Loire Atlantique à l’horizon 2030 : personne ne lui reprochera de se rendre compte, avant l’irrémédiable, que les fondamentaux de son territoire se sont profondément modifiés, et a fortiori ceux ayant orienté les votes des élus du C.G. -comme ceux des autres Collectivités- sur ce projet conçu fin du XX°.   Ces indices, ajoutés aux prises de conscience manifestées par nombre d’élus locaux sur ce projet, montrent qu’élus et société civile pourraient se rapprocher pour résoudre le dilemme de l’aéroport : -ou cet investissement structurant lourd et de plus en plus contesté -non seulement au plan local, mais national- est engagé en force avec le risque d’aboutir, dans le Moyen Terme à des affrontements irrémédiables, des déchirements irréversibles et, dans le M./Long Terme, à un gouffre financier par des résultats décevants……   -ou les Responsables des Assemblées d’élus -se

Les Tritons Cretes au collectif - par gilles le 28/11/2009 - 10:06

Nous acceuillons avec le plus grand plaisir les nouvelles adhésions à l'ACIPA et au collectif d'éluEs....

Selon France 3 au JT d'hier, la grande TRIBU des TRITONS CRËTES    pourrait en effet nous rejoindre dans le combat  des humains contre ce projet d'un autre temps.

La "TTC" est la bienvenue, et nul doute que la Commission Environnement Européenne  y sera très attentive.  

J'avais annoncé que nous serions 1000 signataires pour Noel, nous sommes en bonne voie.

Il faudra que la pensée du pouvoir politique dominant trouve de bons arguments pour lutter contre notre "pique prune" local...Quelle chanson cette fois après le haro sur les opposants et l'ACIPA,  haro sur les écolos, haro sur les élus qui osent sortir du rang, haro sur les préoccupations légitimes des citoyens si éloignés de leur pratiques politiques, haro sur richesses de la terre, au suivants !!!

Gilles le triton briéron

n

 


DébutPrécédent10 pages precédentes [ 21 22 ] SuivantFin
Prochaines dates
 


8 - 9 JUILLET
2017

rassemblement
annuel



pour régler
votre cotisation 2017

bulletin
d'adhésion


Agenda du site de l'Acipa

 Retrouvez le CeDpa sur Facebook

Courriers, Etudes

Fermer Communiqués

Fermer Courriers du CéDpa et réponses

Fermer Echanges avec la DGAC

Fermer Etude Consolidation du sol de NDL

Fermer Etude Optimisation Nantes Atlantique

Fermer Etude Plans d'exposition au bruit (PEB)

Fermer Etude Seuils de plafonnement

Fermer Etude économique indépendante

Fermer L'étude bidon du CG 44

Revue de presse

Lien vers la revue de presse de l'Acipa
(actualisée très régulièrement)
  
ici


si le lien ne fonctionne pas, recopiez cette adresse dans votre navigateur :
http://acipa.presse.free.fr/
Articles/body_articles.htm


Visites

 389053 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

^ Haut ^