Qui sommes nous ?
QUI a adhéré ?

Liste des membres du collectif mise à jour JANVIER 2017
cliquez ici


Plus de 1000 élus, de toutes tendances politiques, se sont inscrits au Collectif et/ou adhèrent à l'association.
Les élus ayant plusieurs mandats ne sont inscrits que sous l'un d'entre eux.
Si vous repérez des erreurs, merci de nous en faire part.


Actions d'élus
Doc, interventions

Fermer Documents du CEDPA

Fermer Informations

Fermer Interventions

Fermer Textes de référence

Recherche



Interventions - Françoise Verchère à la Commission des pétitions de l'UE le 20 mars 13

Le CéDpa et l'Acipa tout comme France Nature Environnement et 5 autres grandes associations environnementales ont été entendus le 20 mars par la Commission des Pétitions de l'Union Européenne.
Décision : nos pétitions restent "ouvertes", c'est à dire que cette Commission va enquêter sur la présomption de manquements à 4 Directives européennes (voir fiche "Un non-sens juridique"). Par ailleurs, la Commission européenne a elle aussi de son côté initié une procédure pré-contentieuse envers l'Etat français à ce sujet.

A cette audience, Françoise Verchère, Jean-Paul Naud et Christophe Dougé représentaient le CéDpa. Plusieurs députés européens écologistes leur ont apporté leur soutien, notamment Sandrine Bélier, membre de la Commission des Pétitions.

Intervention de Françoise Verchère et de Sylvain Fresneau (pour l'Acipa)
vidéo extrait intervention      vidéo intervention S Bélier
Intégralité des débats : partie 1    partie 2

Mesdames, Messieurs les député-e-s

 brux-diapo1.jpg

Nous nous présentons aujourd’hui devant vous au nom de 40 000 citoyens,  1200 élus de tendances politiques différentes et de très nombreux agriculteurs, dans toute leur diversité syndicale.
Nous en appelons  à vous dans ce dossier car nous contestons la pertinence de la réalisation d’un nouvel aéroport près de Nantes et sa localisation.

 brux-diapo2.jpg

 

 

Le site de Notre Dame des Landes a été  retenu il y a cinquante ans. Constitué de 98% de zones humides,  c’est la tête de deux bassins versants des fleuves  Loire et  Vilaine, et une zone de production laitière qui serait complètement déstructurée par la réalisation de cet équipement sur une surface de 1650 ha.


Sylvain Fresneau :Je suis agriculteur sur la zone impactée et peux témoigner que nous avons su adapter nos pratiques aux particularités de cette grande zone humide ; nous y  pratiquons un élevage laitier productif compatible avec la nouvelle PAC. Toutes les organisations agricoles dénoncent la perte régulière de terres et l’artificialisation très rapide dans notre département. Ce projet  entraînerait la disparition pure et simple de 15 exploitations et de près de 500 emplois indirects dont on ne parle jamais. Nous vivons très mal la présence militaire  continue depuis six mois,  et  le harcèlement  du porteur de projet  pour  faire accélérer notre départ. Les difficultés  sont quotidiennes et permanentes pour continuer notre travail. La résistance paysanne est forte : nous voulons rester sur place, continuer à cultiver, à élever nos animaux et empêcher la destruction des sièges d’exploitation. L’agriculture a un avenir et peut créer de l’emploi, si on lui laisse ses terres et ses bâtiments.

brux-diapo3.jpg
Il nous semble  que ce projet contrevient aux règles du droit européen sur plusieurs points : la directive cadre sur l’eau, la protection des zones humides, des habitats et des espèces. En effet,  l’organisation du débat en France fait que  la question de la loi sur l’eau n’a été regardée qu’en 2012, alors que le débat public date de 2003 et la déclaration d’utilité publique de 2008, le gouvernement français s’obstine dans cette  localisation à cause de la réserve foncière constituée depuis 1973. Il est à la fois juge et partie dans ce projet, il n’a jamais proposé de solution alternative et pour pouvoir compenser une destruction manifeste de zones naturelles, il s’emploie à contourner  les principes fondamentaux de la loi sur l’eau.
Nous nous interrogeons aussi sur le montage financier qui prévoit d’importants fonds publics, sous forme de subventions directes ou d’avances remboursables. La contre-expertise que nous avons fait réaliser par un bureau d’études néerlandais indépendant montre  les erreurs ou mensonges de l’étude initiale coûts/bénéfices qui a conduit à la déclaration d’utilité publique. Le nouvel aéroport prévu aujourd’hui ne ressemble que de loin à celui qui devait être réalisé à l’origine. Deux pistes alors qu’une seule suffirait, mais trop courtes pour accueillir des gros porteurs, une aérogare prévue pour 4,5M de voyageurs, à peine plus importante que l’actuelle qui peut aller jusqu’à 4M, pas de liaisons ferroviaires à l’ouverture et peut-être jamais, mais près de 10 000 places de parkings, à l’horizontale ce qui est un terrible gaspillage ! Et l’on ne voit pas en quoi cet équipement amènerait l’ouverture de nouvelles lignes et modifierait la stratégie des compagnies aériennes.

brux-diapo4.jpg


En réalité,  l’aéroport actuel, déjà international,  peut tout à fait être optimisé et  son aérogare agrandie pour faire face aux besoins ; il peut être desservi par le tramway et/ou le train, les procédures d’atterrissage sont  améliorables  et réduiraient les nuisances sonores occasionnées par le survol de la ville,  les zones non urbanisables à cause de l’aéroport  sont peu importantes et  l’agglomération poursuit aujourd’hui sa densification sans problème. Bref, il existe une alternative. Crédible et moins coûteuse.

brux-diapo5.jpg


Nous voudrions enfin  vous dire qu’il y a urgence car les porteurs du projet souhaitent créer une situation irréversible comme en témoignent l’annonce du début des travaux dans les tous prochains jours pour les accès routiers, la poursuite des destructions de maisons cet hiver et cette photo des fouilles archéologiques engagées, sous protection militaire tout récemment.

Dans cette course contre la montre, recevoir  notre pétition, c’est dire l’importance que vous accordez au respect par les États membres des directives européennes qui entendent   dessiner un modèle où l’espace agricole ne serait pas gaspillé, où l’eau des rivières bretonnes aurait des chances de retrouver une qualité correcte, où la préservation de la biodiversité ne serait pas qu’un discours.

Nous vous invitons à venir voir sur place l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique et le site pressenti de Notre Dame des Landes. Vous comprendrez sans doute ainsi l’incroyable mobilisation en cours pour éviter l’irréversible. Et la  résistance qui se manifeste sur place et partout en France.

Merci infiniment de votre attention.

 

 


Date de création : 24/03/2013 - 21:01
Dernière modification : 15/04/2015 - 09:37
Catégorie : Interventions
Page lue 2318 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°1 

par faouet le 31/03/2014 - 02:51

Bonjour,
A l'heure actuelle, sauf erreur de ma part, la Commission européenne n'a rien fait contre la France au sujet de la Loi sur l'Eau et des lois européennes, se contentant des affirmations de l'Etat français !
C'est décevant, nous comptions tellement sur l'Europe pour nous aider..
Où en sont les recours juridiques qui sont les remparts restants pour stopper la folie criminelle des pro-aéroport ?
( j'ai lu le petit livre noir des GPIs et à cette lecture, on se rend vraiment compte que nos dirigeants sont vraiment fous ! ).

Prochaines dates
 


8 - 9 JUILLET
2017

rassemblement
annuel



pour régler
votre cotisation 2017

bulletin
d'adhésion


Agenda du site de l'Acipa

 Retrouvez le CeDpa sur Facebook

Courriers, Etudes

Fermer Communiqués

Fermer Courriers du CéDpa et réponses

Fermer Echanges avec la DGAC

Fermer Etude Consolidation du sol de NDL

Fermer Etude Optimisation Nantes Atlantique

Fermer Etude Plans d'exposition au bruit (PEB)

Fermer Etude Seuils de plafonnement

Fermer Etude économique indépendante

Fermer L'étude bidon du CG 44

Revue de presse

Lien vers la revue de presse de l'Acipa
(actualisée très régulièrement)
  
ici


si le lien ne fonctionne pas, recopiez cette adresse dans votre navigateur :
http://acipa.presse.free.fr/
Articles/body_articles.htm


Visites

 381805 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

^ Haut ^